ACTUALITES

25/01/17 - Commentaires des Amis de la Terre à lire ici

25/01/17 - Vote du Nouveau Code Minier à l'Assemblée Nationale explications et texte de loi

15/11/16 - La pétition contre le projet minier en Guyanne c'est ici. Signez et faites signer !

18/11/2016 - 3ème anniversaire de la publication de l'arrêté ministériel autorisant la recherche de minerai en Creuse par la société COMINOR

19/11/2016 - le projet de loi du Nouveau Code Minier à lire ici avec le commentaire de Claude TATON

30/10/2016 - Le dossier ministériel de prolongation du PER est toujours à l'étude en Creuse et à la DREAL de Bordeaux

Réunion de la Commission d'Information et de Suivi du 2 juin 2016 :

Il est prévu au minimum une réunion annuelle de la CIS. Le bilan des travaux de la première tranche avait eu lieu et en l'absence des travaux de la deuxième tranche, cette réunion ne paraissait pas indispensable. Elle a cependant été convoquée pour amener la société COMINOR à préciser l'avenir de la prospection.

Dominique DELORME, qui est devenu "consultant" à la Mancha, ne s'est pas engagé malgré les sollicitations insisitantes de l'administration, des ékus et des associations.. La séance a été consacrée à un nouveau bilan des travaux réalisés et des résultats de la recherche. Voir le compte-rendu de l'association.

 

 

 

 

15/06/15

La préfecture avait constitué une commission d'information et de suivi* des travaux autour du permis exclusif de recherche d’or de Villeranges à l'initiative de l'association Oui à l'Avenir.. Elle a pour objet le suivi des travaux et la collecte des informations sur les projets miniers à venir.

Cette commission s'est réunie, pour la deuxième fois, le 15 juin dernier en Préfecture.

Le bilan de la première tranche des travaux menés par Cominor est consultable sur le site de la Préfecture. Il montre l'importance des frais engagés par le pétitionnaire (remise en état d 'un immeuble qui sert de base et de logement aux employés) et des certitudes sur l'existence de filons aurifères.

L'annonce de la deuxième tranche a été vivement contestée. Il est reproché à Cominor de ne pas fournir tous les éléments d'informations. En particulier ce qui concerne les forages et l'utilisation de l'eau de la Voueize ainsi que la sécurité des travailleurs. Aucune garantie n'a été apportée quant aux problèmes de fracturation de roches uranifères et du dégagement de radon.


*Extrait de presse :

" C'est une bonne chose. " " Le fait que des gens puissent se mettre autour d'une table, c'est un gros progrès. "… Sur le fond, les désaccords persistent. Mais sur la forme, les différentes parties composant la commission d'information et de suivi des travaux du permis exclusif de recherches d'or Villeranges se rejoignent.

" Des travaux conformes "

Cette commission (**), réclamée depuis plusieurs semaines par les associations de riverains, de protection de l'environnement et par plusieurs maires, s'est réunie pour la première fois hier matin, en préfecture. " L'objectif, c'est d'informer sur la réalité de ce qui se fait, de ce qui a été fait, et sur ce qui va être fait ", précise Rémi Récio, secrétaire général de la préfecture.

" C'est toujours fructueux d'avoir une réunion comme ça, s'est pour sa part félicitée Yvette Méline, présidente de l'association Guéret environnement. Ça permet de savoir ce qui se passe ". Au cours de la réunion, Dominique Delorme, directeur exécutif de Cominor, a en effet fait le point sur ce projet. " On a resitué le cadre légal dans lequel les travaux étaient réalisés. On a présenté l'historique du permis, ainsi que les travaux en cours de réalisation ", a précisé le responsable de la société autorisée à effectuer ces recherches. Des propos qui ont rassuré Yvette Méline. " On a vu que les travaux étaient conformes. "

De son côté, le secrétaire général de la préfecture, qui fait " le lien de transmission entre la société qui a l'autorisation de recherches et les élus et les forces vives de ce bassin territorial ", a trouvé cette réunion " très constructive ". Tout en rappelant que le projet n'en est " qu'au stade de la recherche " et que si la société s'aperçoit que " ça ne vaut pas le coup d'exploiter, elle dira stop. Elle ne va pas continuer simplement pour le plaisir d'ouvrir une mine ".

Cette commission devrait se réunir tous les six mois.

(**) Elle comprend cinq collèges : " administrations et établissements publics de l'État ", " élus des collectivités territoriales ", " association de protection de l'environnement ", " riverains ", " titulaire du permis exclusif de recherches ". Dans les prochaines semaines, les syndicats d'eaux intégreront également cette commission, à la demande des élus.

Manuel Caillaud
gueret@centrefrance.com

     

 

                              
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------