Le bassin d'eau de Gouzon

La réunion de Gouzon avec le représentant du Syndicat (M. de St Vaury )laisse envisager une baisse de la nappe phréatique .
Le raccordement sur le département Allier (retenue de Prat, Sidailles) est envisagé !Il s’agirait d’une solution pour pallier le manque d’eau durant les épisodes de sécheresse.
N’est-ce pas aussi un moyen de rendre disponible l’eau de la nappe phréatique pour les besoins de l’industrie minière ?  

La Rozeille

En juillet 2014, une pollution importante aux désherbants avait été constatée au dessus des sources alimentant la réserve d'eau potable de Beissat (approvisionnement de 70 communes creusoises – 15.000 habitants).
75hectares  ont été traités au GLYPHOSATE avec en complément un traitement “essai” avec PALMA sur 2 hectares en zone centrale du camp.
Contrairement à ce qu’avait affirmé l’Armée, il n’yavait  eu ni autorisation ni déclaration préalable de ARS ou de la DRAAF (car non compétents)
Concernant la protection des captages, le Parc Naturel Régional  ainsi que les Associations exigent d’être consultés et demandent l’obtention d’une mise à disposition du public des projets de conventions , des cartes, et l’ouverture d’une consultation en ligne sur une durée de 15 jours                                                                           

L'eau et le PER

La recherche en cours prévoit des forages (voir les compte-rendus de la Préfecture et la prochaine tranche de travaux soumise à déclaration et validation administrative). Ceux-ci vont nécessiter de l'eau dans une certaine quantité. Il est annoncé que l'eau serait prélevée dans la Voueize. quand on connaît la fragilité de ce cours d'eau et les conséquences pour les riverains, nous sommes fermement opposés à ce projet.

Ces mêmes forages à 350 mètres de profondeur (plus peut-être) vont fracturer le socle granitique et modifier la circulation de l'eau le long des failles. La Voueize elle-même est située sur une faille. Quelles conséquences pour les sources, les rivières et l'alimentation en eau potable de la région ?

Sans compter la présence de filons uranifères et la remise en circulation de radioactinides comme le radon.

Oui à l'Avenir reste vigilant et présent à la Commission d'Information et de Suivi mais aussi dans l'information donnée aux élus et à la population.