La géothermie

La société TLS Geothermics SAS a déposé par courrier du 24 août 2015 une demande en vue de l'attribution pour une durée de cinq ans d’un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques à haute température dit « Permis de Combrailles-en-Marche » portant sur parties des départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier et de la Creuse.
La zone sollicitée se situe au nord du Massif Central, au sud-ouest du graben de Montluçon, recouvre la bordure nord du Massif de Guéret, le Massif de Lépaud, le bassin de Gouzon et la bordure sud du Bassin de Montluçon. Elle couvre une superficie de 805 km² :
63 communes sont concernées partiellement ou en totalité par le projet :
- 31 communes dans la Creuse
- 26 communes dans l’Allier
- 6 communes dans le Puy-de-Dôme.
La demande de permis exclusif de recherches a pour objectif l'évaluation des ressources géothermiques à haute température à l'intérieur du périmètre sollicité. Cette évaluation passe par différentes méthodes d'analyse et d'investigation pouvant être mises en oeuvre pendant la durée de validité du permis.

Le pétitionnaire
TLS Geothermics SAS est un bureau d’ingénieries géosciences créé en novembre 2012. Cette société développe des connaissances géologiques et des outils numériques innovants dans le domaine de la géothermie profonde. L'approche visée est de mieux imager et caractériser les cibles potentielles et ainsi réduire le risque géologique des zones étudiées dans le but d'accélérer le développement de projets de géothermie profonde.
Dans le cadre de la demande de permis, TLS Geothermics SAS a pour objectif de démontrer l'intérêt de son approche innovante en s'appuyant sur les données existantes et de nouvelles données qui seront acquises pendant la durée du permis (gravimétrie, bruits sismiques, magnéto-tellurisme...).

La zone d'intérêt
La zone d'intérêt est située au nord du Massif Central. Elle recoupe 3 réseaux de failles : celui de la Marche, de Chambon-sur-Voueize et de la bordure ouest du Massif de Montmarault.

Consultation publique
A ce jour, la consultation électronique n’a recueilli que 43 commentaires pour une zone qui concerne plusieurs milliers d’habitants

Vous trouverez ici l'article de la Montagne qui résume parfaitement le débat

Les dernières nouvelles de la Mancha - Cominor et du PER de Villeranges

Nouvelles du PER de Villeranges au 30 avril 2017 :

Le Code Minier, en vigueur pour le moment, a autorisé COMINOR à demander une prolongation de permis de 3 ans à certaines conditions administratives et financières (article L142-1 de l' ordonnance du 20 janvier 2011). Cette demande a été effectuée 4 mois avant l' expiration du permis initial soit avant le 17 juillet ce que la société pétitionnaire a effectué dans les délais prescrits par la loi.

Montebourg, Macron, Sirugue (vous connaissez ? il nous a écrit !!), les ministres et secrétaires d'Etat passent. Le changement de président avec l'élection d'E.Macron garantit la poursuite des projets miniers.Le PER de Villeranges survivra aux changements politiques.

La demande de prolongation a été déposée au ministère de l'Industrie par les nouveaux responsables de COMINOR. Le ministère a envoyé le dossier complet pour avis au Préfet de la Creuse. Celui-ci a transmis les documents pour étude et avis aux adminstrations départementales ett régionales.pour la DREAL, c'est la Nouvelle Aquitaine et Bordeaux qui a instruit un dossier qui a voyagé entre Limoges, Bordeaux et Guéret.

A ce jour toutes consultations sont terminées. Les administrations cencernées ont rendu leur copie..

Lle Préfet de la Creuse a recueilli l'avis des municipalités des quatre communes concernées : Auge, Chambon sur Voueize, Lepaud et Lussat.

Le dossier complet sera transmis au ministère pour avis et décision sous forme d'un arrêté de prolongation.

Il faut rappeler que l'avis des administrations et des mairies, même négatif, n'empêche le futur ministre de l'Industrie de statuer positivement et de produire un arrêté de délivrance de la prolongation du permis de Villeranges. La lutte continuera don.

Les dernières mises à jour à consulter :

- Un certain nombre de courrier échangés avec l'Europe, les Ministères, les élus de diverses collectivités mairies, communautés de communes, conseils départementaux et conseils régionaux. Des rencontres avec les administrations.

Visitez les pages :

- actualités

- action-

- courrier des citoyens

Le nouveau code minier

Texte voté à l'Assemblée nationale

Commentaires

 

Les dernières nouvelles du réaménagement des anciennes mines d'uranium

Le Vignaud

Le 20 mars dernier AREVA a commencé les travaux de regroupement de stériles et de minerai radioactifs sur le site de la lentille 10 du Vignaud.
Ce chantier devait correspondre au décisions prises par arrêté préfectoral du 7 janvier 2016.
Mais on découvre que les stériles sont ceux de toutes les anciennes mines du Nord de la Creuse et que le Vignaud devient un centre stockage pour des stériles dont la radioactivité est de 3 ou 4 fois supérieure aux 0,9 millisieverts annoncés mais également pour du minerai abandonné lors de l’exploitation.
Or il existe une maison à 100 m du site, un ruisseau inscrit dans la zone Natura 2000 à 300 m du site et une station de pompage pour alimenter en eau potable 8000 foyers et ce à 1200 mètres station d'alimentation en eau potable sur la creuse, à 1200 m. Elle alimente 10 communes, 8000 foyers et beaucoup plus en raison de l'interconnexion des réseaux. Une bonne partie de Guéret est concernée en période de sécheresse…
Aujourd’hui une partie du regroupement est terminée et des travaux de couverture des matières radioactives avec de la terre arable ont été entrepris.
La CRIIRAD a été consultée. Elle confirme la dangerosité des matériaux ; Cependant la réglementation en vigueur ne permet pas d’action en justice.
Cependant la nature des matériaux et leur origine justifient le classement en ICPE (installation classée en protection de l’environnement). Ce classement aurait pour effet une surveillance à long terme du site (pollutions air, eau et sols) ce que ne permet pas la surveillance exercée (par AREVA) conformément au Code minier.

 

 

 

 



 

  OUI A L'AVENIR

  association Loi de 1901

  Siège social : Mairie de Chambon sur Voueize – 23170 Chambon

  Courriel : oui.a.l.avenir@wanadoo.fr


- L'association comprend une centaine d'adhérents et de nombreux sympathisants

- Elle est animée par un collectif d'administration actuellement composé de 8 membres

- Représentant légal : Jean-Pierre Minne

Actuellement l'association Oui à l'Avenir (OAA) est engagée sur plusieurs fronts

.  elle mobilise toutes ses forces contre le Permis Exclusif de Recherche Minière dit PER de Villeranges  obtenu par la Société  Cominor

.  elle s'inquiète de la qualité de l'eau en Combrailles et en Creuse

elle milite pour le réaménagement des anciennes mines d'uranium

Parce que nous appartenons à ce territoire qui verra grandir nos enfants, protégeons-le !